Storytime: Mes blessures émotionnelles ont éloigné un homme bien.

Dieu nous créé parfaitement, ainsi nous naissons parfaitement. Les parents sont supposés être nos protecteurs, nos enseignants, jusqu’à ce que nous atteignions l’âge adulte. Mais les parents ne peuvent nous protéger de tout surtout lorsque nous arrivons à l’école, dans la société, face à la vie. C’est souvent à cause de la vie, à cause des autres que surviennent nos blessures émotionnelles. Même avec un « super parent », les blessures émotionnelles sont souvent inévitables. Les premières déceptions amoureuses, les premières déceptions amicales, les moqueries à l’école, les moqueries pendant les fêtes familiales, les actes malveillants d’étrangers et j’en passe. Tout ceci vient entraver la création parfaite que nous étions par la grâce de Dieu et nous donne une autre image de nous même.

Comme tout le monde, j’ai souffert de beaucoup de blessures émotionnelles dont le rejet. Aujourd’hui, j’aimerai te raconter comment ces blessures ont éloigné un homme vraiment bien et te faire prendre conscience de l’importance de guérir émotionnellement avant toute relation.

Il était une fois,

J’ai fait la connaissance d’un homme qui aux premiers échanges me laissait penser que c’était une personne « au delà de mes espérances« . Il était intelligent, attentionné, beau et surtout il disait vouloir être le meilleur ami de Dieu. Il était simple et tellement généreux. Il se souciait toujours du bien des autres parfois au détriment de lui même. Il travaillait dur pour pouvoir un jour soigner des gens et ainsi leur offrir un avenir. J’admirais l’homme qu’il était et même si nul n’est parfait, j’arrivais à le regarder avec les yeux de la perfection.

Il a su me donner de son temps même quand il n’en n’avait pas beaucoup. Particulièrement dans un temps assez difficile pour moi, il a été là pour me soutenir, m’encourager, prier pour moi et toujours me calmer quand je m’inquiétais trop. Plusieurs fois, je passais mon temps à me plaindre de cette situation difficile et il avait toujours cette patience et cette douceur pour me faire voir les choses différemment.

Mais comme je l’ai déjà dit: « C’est injuste et destructeur que de venir supplier quelqu’un de remplir la tasse vide que tu es à partir de sa propre tasse qu’il essaye tant bien que mal de remplir. » En effet, je l’affirme parce que je l’ai vécu, vu et compris.

Au départ, c’était tout beau et nouveau puis j’ai vite compris que j’avais entre mes mains un trésor de grande valeur. C’est à ce moment précis, après cette prise de conscience, que « mes vieux démons » ont pris le contrôle de la situation. Moi qui au début se contentait de savourer les instants, je suis devenu celle qui avait peur de vivre à nouveau le rejet. La prise de conscience a réveillé en moi une émotion qui n’étais pas là au départ. C’est alors que c’est enclenché tout un tas de questions: « Et si je le perdais? Et s’il m’oubliait? Et s’il ne veut plus de moi? » Ainsi, pour me rassurer, je l’ai harcelé de questions comme: – « Est ce que tu m’aimes? » – « Es tu sûr que tu m’aimes? A quel degré est ce que tu m’aimes? » – « Au fait, tu m’aimes toujours n’est ce pas? » – « Oui mais je ne suis toujours pas rassuré, dis moi encore que tu m’aimes s’il te plait.« …De ce genre là voyez vous.

Tout ceci est une résultante de la peur du rejet voire, la peur de l’abandon. Il faut savoir que très jeune mes parents se sont séparés et j’ai à plusieurs reprises ressentit le rejet de la part de mon père directement ou indirectement. Moi qui pourtant était la fille chérie, qui était sa princesse, du jour au lendemain c’est comme si son regard vis à vis de moi avait changé. Et ce seul petit détail de ma vie a en réalité contrôlé toutes mes relations.

J’ai évidemment dans mes précédentes relations usés de plusieurs tactiques pour contré cette peur du rejet et elles n’ont jamais fonctionné. Alors, ayant appris ma leçon, cette fois ci, avec cet homme j’avais non seulement peur qu’il me rejette à un moment ou un autre mais j’avais doublement peur de contrôler la relation car il comptait tellement plus que les autres; je voulais faire autrement. C’est comme si la peur me disait « il va t’abandonner comme les autres » et je redoublais d’effort « à ma façon » pour le garder. Je voulais juste bien faire les choses. Mais malheureusement, même dans mon envie de bien faire, lorsqu’il y a la peur, il y a forcément la destruction.

En fait, lorsque tu as peur de quelque chose tu te protèges n’est ce pas? Et tu peux le faire de plusieurs façons. D’autres vont être fermés et ne voudront plus jamais aimer et donc elles repousseront toutes personnes qui les approchera. Moi je suis une grande amoureuse de l’amour alors hors de question de me fermer pour me protéger par contre je prends le temps de t’analyser pour ne pas que tu viennes heurter mon petit cœur. Ce n’est pas mauvais d’analyser au contraire, mais si tu le fais parce que tu as peur alors là ça peut être mauvais. Faire parce qu’on a peur et faire parce qu’on veut avoir des informations c’est deux choses différentes et deux conséquences tout autant différentes.

En tout cas, en ce qui concerne cet homme. Evidemment j’ai analysé avant de me dire « Ok tu peux t’attacher« . Mais c’est la suite qui a été plus compliqué. Une fois que je me suis attaché la peur me dictait maintenant mon comportement en me disant « Et s’il te rejette comme les autres?« . Et donc à cause de cette émotion, cette pensée, mon comportement avait changé. J’avais peur qu’il m’oublie alors je ne pouvais attendre 3 jours sans lui écrire; on ne sait jamais il pourrait en rencontrer une autre et ne plus vouloir de moi, pensais-je. J’avais confiance en moi et je savais que j’étais spéciale à ces yeux alors il n’était pas ici question d’ estime mais de peur du rejet, peur de l’abandon. C’est alors que j’ai laissé cette émotion négative prendre le contrôle de ma vie.

Et lorsqu’on laisse une émotion négative prendre le contrôle, elle détruit tout sur son passage. Pendant plusieurs jours j’avais peur, alors je ne vivais plus cette relation comme au début. Plus je le découvrais, plus je l’appréciais et ressentais quelque chose pour lui et plus j’avais peur. Plus j’avais peur, plus je devenais destructrice. Je détruisais moi même ce que nous avions bâtit ensemble. C’était infernal!
Ma peur exigeait des paroles, ma peur le forçait à me donner pour que je sois rassuré, ma peur voulait le contrôler pour que moi je sois satisfaite et assez stable émotionnellement. Et c’était tous les jours qu’il fallait « recharger mes batteries ». Alors pendant quelques temps, le pauvre acceptait et faisait de son mieux mais j’en demandais toujours plus. Jusqu’au jour où il s’est rendu compte qu’il était vraiment incapable de m’offrir ce que je demandais. Et n’importe qui d’ailleurs, aurait été incapable de m’offrir ce que je demandais.

Un soir, alors que je me plaignais, que je lui faisais comprendre que j’avais besoin de lui et que je ne comprenais pas pourquoi il avait été distant toute cette semaine, j’ai ressenti pour la première fois l’amour de Dieu au travers un homme. La situation difficile par laquelle je passais n’avait fait que décupler tous les mauvais côté que la peur faisait déjà ressortir de moi. J’étais vraiment épuisante, moi même je le ressentais mais c’était plus fort que moi; j’avais tellement peur de le perdre. Enfin bon, ce soir là, avant même que je ne commence à m’exprimer, il me disait: « Ce n’est pas contre toi que j’étais distant, je ne veux pas que tu penses que tu es le problème. Tu es vraiment spéciale et je crois même que tu es trop bien pour moi. Ne doutes pas de la belle personne que tu es, je t’interdis de le penser. C’est juste que j’ai perdu un être cher cette semaine et je me devais d’être là pour mes proches. Même là, j’ai pris le temps de t’appeler parce que tu comptes pour moi mais je suis avec mes proches en ce moment même, je me suis isolé pour t’appeler. Si je t’ai blessé pardonne moi ce n’était pas le but. Je vais faire des efforts. » Comment vous dire que ces quelques mots ont heurté mon petit cœur et que j’avais les larmes aux yeux et que vraiment j’ai ressenti le toucher de Dieu dans ses mots. Et voyez vous, il m’a dit tout ça alors que moi je m’apprêtais à me plaindre mais heureusement qu’il m’avait arrêté dans mon élan, quelle gêne j’aurai eu. Comment vous dire que tout ce que je m’étais « entraîné » à dire c’était comme envolé en milles morceaux. Malgré tout ce qu’il traversait, cet homme avait prit le temps de m’écouter et de me donner encore de l’amour. Il a pris le temps d’essuyer mes larmes quand celles de sa mère coulaient encore. Cet homme si bon était devenu un homme trop bon ce soir là.

J’aimerai te faire prendre conscience de ceci. Dieu nous donne souvent la bonne personne mais la vie s’empresse de nous l’arracher. Comment? Elle utilise nos « vieux démons », nos souffrances passées, pour nous arracher la bénédiction du futur. C’est à toi seul de refuser, c’est à toi de ne pas laisser tes émotions dictées ta vie. C’est à toi de prendre la décision de chercher à guérir de tes blessures émotionnelles.

Ce n’est pas pour rien que tu es extrêmement jalouse et possessive. Ce n’est pas pour rien que tu veux tout contrôler dans votre relation. Ce n’est pas pour rien que tu as peur d’aimer et repousse automatiquement n’importe quel homme. Ce n’est pas pour rien que tu concentres tout ton temps, ton énergie dans le travail en criant haut et fort « je n’ai pas besoin d’un homme« . Ce n’est pas pour rien que tu cries haut et fort « Jamais je ne serai soumise« . La peur! Ma cher Woman, la peur nous détruit, détruit nos vies. Nous parlons de protection mais en fait c’est révélé notre peur. Un chien qui a peur est un chien qui sort les dents en pensant impressionner et faire fuir tout individus qui lui semble dangereux. Non pas que nous sommes des animaux mais la peur est une émotion qui pousse à être sur la défensive. La défensive éloigne, effraye l’autre, repousse. Ainsi, lorsque la peur te contrôle, elle contrôle ta vie et éloigne tout; les bons comme les mauvais.

Quelques jours après ce fameux soir et quelques efforts plus loin, celui qui me trouvait si spéciale me donna la carte de « spéciale mais trop dur à satisfaire« , « très bien mais difficile dans la vie de tous les jours« . Etre ami était plus simple pour lui. Je lui en ai voulu au départ mais ensuite j’ai été reconnaissante de l’avoir rencontré. C’est une bonne personne et cette pensée vis à vis de lui ne changera jamais. Je suis la seule responsable de la situation actuelle car j’ai laissé une émotion contrôlé ma vie, j’ai laissé une blessure se ré ouvrir et gan-grainé ma situation. Ce n’est pas une déception, c’est une leçon. Et celle ci me permet aujourd’hui de t’écrire afin que tu évites d’apprendre en pratique car ça fait quand même mal. Dieu te fait grâce d’apprendre en théorie pour ne pas avoir à vivre les inconvénients de la pratique.

Cesse donc de rendre tout le monde responsable de ce qui t’arrive. C’est à toi de changer pour que ta vie, tes relations, changent et non les autres. Tu dois être consciente de cette vérité. Bien souvent nous sommes responsables de nos échecs. Mais au lieu de nous remettre en question nous accusons les autres. Pendant plusieurs années, j’ai accusé les autres puis grâce à lui et surtout grâce à Dieu j’ai détecté la peur, cette émotion qui détruit beaucoup de relation, cette émotion qui fait des dégâts. Le pire c’est qu’elle utilise des raisonnements logiques pour nous pousser à agir selon elle mais la logique humaine est folie pour Dieu ( 1 Corinthiens 3:19).

J’ai laissé mes émotions contrôler mes relations et j’ai tout perdu, même celui qui était « au delà de mes espérances ». Mais gloire à Dieu pour la leçon apprise car elle est profitable et utile pour d’autres.

Car nos leçons sont des lanternes pour ceux là qui marchent sur ce chemin obscur qu’est la vie.

Je reste persuadé qu’il est entré dans ma vie pour que le Seigneur m’enseigne et j’ai reçu. De là où il est, je lui souhaite d’être béni et je dis merci au Seigneur pour cette leçon. Je pourrais avoir à regretter mais dans le fond je n’ai rien à regretter ni même la perte de celui que j’appelais « trésor » car c’est aussi ça la foi; croire que celui qui a donné donnera toujours bien plus encore.

Publié par

Fondatrice et rédactrice en chef de Whataboutthelove, enseignée et transformée par la grâce de Dieu, son désir est de transformer par ses mots la vie, le foyer et le mariage de ses lecteurs.

6 commentaires sur « Storytime: Mes blessures émotionnelles ont éloigné un homme bien. »

  1. Ma vie aussi était dirigée par la peur… Mon mari me l’a toujours dit … Je l’aimais mais tout les gestes que j’accomplissais était fait dans le but qu’il ne me quitte pas… Parce que j’avais peur de vivre sans lui ! Pourquoi? Parce que j’ai déjà été abandonnée… Aujourd’hui, il a mis une distance entre nous et je prie dès que la peur m’envahit et j’ai peur de tout… Cette story me fait encore plus prendre conscience de certaines choses très mauvaises que je pouvais faire sans même m’en rendre compte… Amen et que Dieu te bénisse pour ton témoignage et ta présence dans nos vies !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s